Recherche avancée       Liste groupes



      
B.O/JAZZ/FOLK  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Bande Originale De Film

DISNEY - Le Crapaud Et Le Maître D'école (1949)
Par MARCO STIVELL le 29 Août 2017          Consultée 127 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Ichabod and Mr Toad est la dernière compilation DISNEY. Elle réunit deux moyens-métrages d'une demi-heure chacun, sur le modèle de Coquin de Printemps en somme. Le titre français, curieusement (Le Crapaud et le Maître d'école), respecte mieux le déroulé de l'œuvre puisqu'il s'agit de deux héros séparés, des personnages présentés comme "exceptionnels" par la voix-off au début, et le Crapaud (Mr Toad) vient effectivement avant Ichabod.

La qualité de cette compilation est fort moyenne, jusque dans la musique. D'abord, il y a le générique non-traduit en français qui, en anglais, emploie beaucoup d'onomatopées vocales. On note l'emploi du saxophone, rarement mis en avant chez DISNEY. Les noms désormais bien connus reviennent, Oliver Wallace (arrivé pour Dumbo) à la direction d'ensemble, Ken Darby pour celle des chanteurs.

Joseph Dubin se charge des orchestrations qui ont bien du mal à retenir notre attention, ainsi que les histoires proposées et les personnages loin d'être exceptionnels, contrairement à ce qui est annoncé au début. Comme toute musique de film DISNEY, elle a ses quelques moments brefs intéressants: le thème de clarinettes quand la neige tombe (le Crapaud), celui de hautbois au tribunal (le Crapaud), les moments jazzy et (plus rarement) country qui parsèment Ichabod.

Le problème est que tout est dilué dans des œuvres passables, de même que les animations. Le Crapaud (adapté du livre The Wind in the Willows de Kenneth Grahame) se passe dans un contexte anglais, champêtre, et pour Ichabod, il y a l'excellente idée de reprendre la légende de Sleepy Hollow (histoire de Washington Irving). On sait depuis Blanche-Neige combien DISNEY maîtrise les ambiances cauchemardesques et celles-ci se faisaient bien rares après Pinocchio.

Au final on adhère peu aux facéties du crapaud qui, sous couvert de folie et de liberté, vandalise les routes et les jardins anglais en galopant avec son cheval, sa roulotte et en chantant. Le thème de cette balade au pas de course, "Merrily on our Way"/"Nous Galopons Sur la Route" est assez chouette (malgré l'accent français à couper au couteau pour les noms de comtés, selon les adaptations). Au moins, il y a de beaux décors et les amis du crapaud, le rat, la taupe et le blaireau seront réemployés par la suite dans d'autres œuvres.

Oliver Wallace, qui prête sa voix à Mr. Moustache dans le Crapaud (doublé en français par Guy Piérauld, le même que Bugs Bunny et Woody Woodpecker), libère ses penchants jazz dans Ichabod et fait intervenir le crooner Bing CROSBY, monsieur "White Christmas" - le single le plus vendu et repris au monde -. Le thème de Katrina est un slow court avec trompette bouchée, la fille dodue et jolie évoque avant l'heure – imminente – une servante aux pantoufles de verre bien connue !

Néanmoins, Sleepy Hollow par DISNEY, c'est trois minutes d'animation réussie avec un vrai cavalier sans tête qui fait peur, dans un ensemble où les bouffonneries et les cartooneries prennent une place trop importante. Même le silence et les bruitages dans la forêt de nuit d'Halloween sont réussis. Quel gâchis ! Difficile en plus d'adhérer à ce personnage d'Ichabod, le maître d'école.

Bref, le traitement (musique comprise) est discutable pour un fond appréciable, par ce choix de deux contes qui rapprochent à nouveau l'animation DISNEY de l'Europe, après des œuvres très américaines et même si Ichabod/Sleepy Hollow l'est aussi.

Au terme des années 40, le public n'attend qu'une chose, c'est que les studios reviennent à de vraies belles histoires animées, des longs-métrages passionnants. Il y a de quoi être plus que servi au cours des vingt années suivantes, pour ne pas dire plus : rien que des classiques (avec beaucoup d'Angleterre justement), une liste commencée en 1950 avec Cendrillon.

A lire aussi en DIVERS par MARCO STIVELL :


DISNEY
Cendrillon (1950)
Retour de disney aux chefs-d'oeuvre




Michael LAND
Escape From Monkey Island (2000)
Toujours le reggae le plus charmant !


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Oliver Wallace (direction musicale)
- Joseph Dubin (compositions)
- Ken Darby (arrangements vocaux)
- Gene Depaul, Don Raye (écriture des chansons)
- Frank Churchill, Charles Wolcott (écriture)
- Larry Morey, Ray Gilbert (écriture)
- Bing Crosby, Basil Rathbone (voix, narration)
- The Rhythmaires (choeurs)
- Eric Blore, J. Pat O'malley (chant)
- Orchestre Des Studios Disney


1. Ichabod And Mr Toad
2. Merrily On Our Way/nous Galopons, Galopons
3. Ichabod Crane
4. Katrina
5. The Headless Horseman/le Cavalier Sans Tête
6. + Musiques Instrumentales



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod