Recherche avancée       Liste groupes



      
B.O./JAZZ  |  B.O FILM

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1938 Blanche-Neige Et Les Sept Nain...
1940 Pinocchio
Fantasia
1941 Dumbo
1942 Bambi
Saludos Amigos
1944 Les Trois Caballeros
1946 La Boîte à Musique
Mélodie Du Sud
1947 Coquin De Printemps
1948 Mélodie Cocktail
Danny, Le Petit Mouton Noir
1949 Le Crapaud Et Le Maître D'écol...
1950 Cendrillon
1951 Alice Au Pays Des Merveilles
1953 Peter Pan
1954 20.000 Lieues Sous Les Mers
1955 La Belle Et Le Clochard
1959 La Belle Au Bois Dormant
1961 Les 101 Dalmatiens
1963 Merlin L'Enchanteur
1964 Mary Poppins
1967 Le Livre De La Jungle
1970 Les Aristochats
1971 L'Apprentie Sorcière
1973 Robin Des Bois
1977 Les Aventures De Winnie L'Ours...
Peter Et Elliott Le Dragon
Les Aventures De Bernard Et Bi...
1981 Rox Et Rouky
1983 Le Noël De Mickey
1985 Taram Et Le Chaudron Magique
1986 Basil, Détective Privé
1988 Oliver Et Compagnie
1989 La Petite Sirène
1990 La Bande à Picsou, Le Film : L...
Bernard Et Bianca Au Pays Des ...
1991 La Belle Et La Bête
1992 Aladdin
1994 Le Roi Lion
Le Retour De Jafar
1995 Dingo Et Max
Pocahontas : Une Légende Indie...
Toy Story
1996 Le Bossu De Notre-Dame
Aladdin Et Le Roi Des Voleurs
1997 Hercule
1998 Mulan
1001 Pattes
1999 Tarzan
Fantasia 2000
2000 Dinosaure
Kuzco, L'Empereur Mégalo
2001 Atlantide, L'Empire Perdu
Monstres Et Cie
2002 Lilo & Stitch
La Planete Au Trésor : Un Nouv...
2003 Frère Des Ours
Le Monde De Nemo
2004 La Ferme Se Rebelle
Les Indestructibles
2005 Chicken Little
2006 The Wild
Cars
2007 Bienvenue Chez Les Robinson
Ratatouille
2008 Wall-E
Volt, Star Malgre Lui
2009 Là-Haut
La Princesse Et La Grenouille
2010 Raiponce
2012 Rebelle
Les Mondes De Ralph
2013 Monstres Academy
Planes
La Reine Des Neiges
2014 Les Nouveaux Héros
2015 Vice-Versa
Le Voyage D'Arlo
2016 Zootopie
Le Monde De Dory
Vaiana, La Legende Du Bout Du ...
2017 Coco
2018 Les Indestructibles 2
2018 Jazz Loves Disney 2 - A Kind O...
 

- Membre : Bande Originale De Film

DISNEY - Wall-e (2008)
Par MARCO STIVELL le 1er Septembre 2018          Consultée 118 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Fichtre ! Avec Ratatouille (2007) puis Wall-E (2008, on est censé l'écrire en majuscules mais nous aussi, sur F.P., nous avons notre nomenclature à respecter !), Pixar met le paquet et sort deux super films coup sur coup. Pas si différents d'ailleurs, du point de vue du romantisme, car ils sont débordants de poésie et de romance, plus encore le deuxième que le premier très curieusement, alors qu'il s'agit d'une histoire de robots. Au XXIXème siècle, sur la terre désertée par les hommes, recouverte de ruines et d'une immense décharge, Wall-E est un petit robot à la fois intelligent, sensible et solitaire, jusqu'au jour où un robot femelle, Eve, débarque pour effectuer sa mission de récupération de la moindre trace de nature passée. C'est Wall-E, amoureux d'elle, qui la lui donne, une plante qu'il a trouvée. Il la suit dans l'espace jusqu'à une sorte d'arche de Noë, un vaisseau qui est le dernier lieu de survie de l'espèce humaine, avant de connaître moult péripéties.

Deuxième coup de maître du réalisateur Andrew Stanton après Finding Nemo/Le Monde de Nemo, c'est le premier DISNEY au propos ouvertement écologiste, un argument qui, je l'avoue, n'est pas de ceux qui me décident davantage. Au moins, un film de ce genre saura toujours trouver un bon équilibre entre "humain responsable de tous les maux de l'univers" et "ça va s'arranger pour de vrai", en faveur de ce dernier critère et l'empêchant ainsi de tomber dans un marasme misanthropique difficile à éviter, en dehors du 7ème art. C'est peut-être naïf, mais ça fait du bien, c'est la magie DISNEY, avec les moyens Pixar de l'époque qui atteignent leur apogée. La 3D, elle, est éclatante et justifiée comme pour Les Indesctructibles, bien mieux que dans toutes les autres productions.

Newman numéro II, Thomas de son prénom, dont on avait déjà vanté les mérites du travail pour Le Monde de Nemo, peut être remercié par le harpiste qui écrit ces lignes, pour avoir réservé une belle et solide place à cet instrument durant toute la première partie du film, sur la Terre. Harpe merveilleuse aux arpèges coulés et virevoltants, cordes gracieuses et finesse d'orchestre saisissante, trio de musique légère harpe/hautbois/cordes en pizzicato (jouées sans archet) de toute beauté pour une journée pas si habituelle pour le gentil Wall-E. Le basson est à l'honneur lui aussi, et l'orchestre nous réserve quelques thèmes glorieux pendant les interventions du vaisseau d'Eve, la deuxième surtout. On ne peut rien cacher, le mode mélodique lydien avec sa dissonance "ouverte", tel que nous l'avons si souvent croisé, est joyeusement usité ; on se laisse prendre...

Arrivent la seconde partie et la présentation de l'Axiom, la station spatiale pour humains décrite précédemment. Sont disséminés trois clins d'oeil à 2001: Space Oddity/L'Odyssée de l'Espace, le monument du cinéma laissé par Stanley Kubrick et aux non-moins mémorables musiques des Strauss, Johann II et Richard. Le premier est encore assez subtil, après une envolée de cordes gracieuses pimentée de sixte mineure (équivalent de la bémol sur une mélodie en do, toujours joli), avec des cors d'harmonie qui saluent l'arrivée des robots à l'Axiom. Plus tard, dans le poste du commandant, "Le Beau Danube Bleu" de Johann II Strauss est ouvertement repris, de même que "Ainsi Parlait Zarathoustra" de Richard Strauss lorsque l'humain se remet debout. Attendu peut-être, mais dans tous les cas, fabuleux. Moins que chez Kubrick certes, mais... Tenez d'ailleurs, le robot Auto, avec son oeil rouge menaçant, il ne vous rappelle personne ?

Wall-E, malgré l'allure de poupée des humains ramollis, est aussi beau dans ses notes que dans son graphisme, y compris dans ses emprunts. Il y en a aussi parmi les quelques chansons "La Vie en Rose" d'Edith Piaf interprétée par Louis Armstrong en tête et celles qui passent à la télé de Wall-E, toutes d'essence jazz et délicieusement fine. La bossa-nova de la séquence orage s'y apparente, d'une certaine façon, tout comme la chanson de fin qui est l'oeuvre d'un grand monsieur : Peter Gabriel. Il était impensable qu'il ne fasse pas partie d'un tel projet où se côtoient technologie et thèmes universels. "Down to Earth", coécrite avec Thomas Newman, arrive à point nommé.

Outre une voix immédiatement reconnaissable et qu'on adore, une malice bienvenue notamment sur le refrain, un caractère "world" et chaleureux à toutes épreuves, ainsi que des choeurs gospel moins justifiés peut-être mais beaux. Gabriel multiplie sa voix comme il le fait rarement, et toujours secondé par sa fille Melanie néanmoins. Merci à DISNEY d'avoir positionné deux membres de GENESIS, les plus connus certes, sur des réalisations qui leur correspondent entièrement, avec musicalement des travaux à la hauteur de leur talent. Et le dernier mot est à la harpe.

Réussite majeure, Wall-E propose donc une bande sonore bien appréciable, une nouvelle fois, avec quelques manques (chansons originales, seconde partie toujours un peu en baisse), mais certainement pas, pour nous en France, la voix d'Emmanuel Jacomy (Bête, Tarzan...) pour le commandant de bord, la seule vraie voix humaine du film. Ah !

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


DISNEY
Le Livre De La Jungle (1967)
Mort du patron et bo de maître(s).




AMéLIE DANIEL
Oiseau De Nuit (2017)
Bel oiseau.


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Thomas Newman (composition, direction musicale)
- Louis Armstrong (chant, trompette)
- Peter Gabriel (chant, piano)
- Orchestre Des Studios Disney


1. La Vie En Rose
2. Down To Earth
3. + Musiques Instrumentales Non-créditées



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod