Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Bande Originale De Film

DISNEY - Bambi (1942)
Par MARCO STIVELL le 14 Juillet 2017          Consultée 246 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

C'est la guerre, mais DISNEY n'est pas encore en roue libre. Les studios de Walt tiennent à fournir un dernier classique, qui n'aura hélas, pas le succès escompté (pas à l'époque !), une fois de plus.

Bambi, sorti en salles au mois d'août 1942, est une autre trouvaille des chercheurs d'idées des studios parmi les contes européens, même si comme pour Dumbo, l'histoire est récente. L'auteur autrichien Felix Salten, spécialisé dans la littérature érotique ainsi que la chronique au regard aiguisé sur son époque (fin XIXème-début XXème siècle), écrit en 1923 cette jolie histoire simple, inspirée d'une promenade dans les forêts des Alpes (le nom Bambi vient de l'italien "bambino", bébé, petit enfant) et c'est un succès massif, évidemment renforcé par la suite que l'on connait bien.

On le connait, Bambi, mais a-t-on vraiment prêté l'oreille à sa musique, qui est le premier chef-d'oeuvre de DISNEY véritable hormis Fantasia - constitué de sélections déjà existantes - ? En termes de musique originale, c'est un sommet, autant que peut l'être le film, pourtant simple encore, même si plus technique que Dumbo et misant sur l'action. Il se rapproche en fait beaucoup de Blanche-Neige, y compris dans son développement qui date de 1935. Ce n'est pas un hasard si la nature sauvage européenne et les animaux par centaines y occupent une place importante.

Bambi (petit chevreuil plutôt que faon à l'origine), sa maman ainsi que ses amis, le lapin Thumper/Panpan, le putois Flower/Fleur, Friend Owl/Maître Hibou, vivent paisiblement dans la forêt, tout en subissant diverses attaques de l'Homme chasseur, absent de l'image mais signalé par le feu ou les coups de fusil, donc sa présence est encore plus oppressante. Le scénario se contente de décrire des faits, de suivre Bambi dans sa découverte de la vie, son rang, puisque son père est le Prince de la forêt, l'amour avec Faline/Féline... C'est un DISNEY "animaux", tous parlent.

Et la musique, quant à elle, épouse le rythme des quatre saisons, de l'été au printemps, détourne l'esprit Vivaldi d'une manière pour le moins savoureuse. Cette partition, on la doit d'abord aux habituels Frank Churchill (chansons) ainsi que Paul J. Smith (instrumentaux), respectivement aidés par Edward H. Plumb et Charles Wolcott. Elevons ce potentiel aux talents des deux conducteurs d'ensemble, Alexander Steinert pour l'orchestre et Charles Henderson pour la chorale.

Il ne fallait pas trop de six personnes à la base de ce projet qui côtoie les sommets musicaux du début à la fin. Après une introduction de cuivres brillants, "Love Is a Song", en français "L'amour Est Eternel" demeure un générique d'ouverture somptueux et fragile qui donne son thème mélodique principal au film. On le retrouve jusqu'à la fin, lorsque les animaux sont sauvés du feu destructeur. Ensuite, les chansons légères telles que "Let's Sing a Gay Little Spring Song"/"La Chanson du Printemps" ne sont pas le point le plus fort, mais elle demeurent réussies.

La force de cette bande originale, c'est de créer l'illusion qu'elle n'est là que pour accompagner l'image, alors qu'à de nombreux moments, elle la crée et la dessine elle-même comme dans Fantasia. En premier lieu, "Little April Shower"/"La Chanson de la Pluie" avec ses clarinettes qui rythment les gouttes, le triangle pour ruissellement, les cymbales et les timbales pour le grondement de l'orage, et bien sûr, chorale en canon et réponses femmes-hommes pour ce moment d'anthologie. On remarque une différence entre l'américaine et la française, cette dernière étant plus appliquée, enfantine et même dans les chansons, les interprètes ont une voix plus pure et innocente. La chanson d'amour, "Je Chante Pour Toi" ("Looking for Romance"), n'en est que plus belle.

Tout aussi marquante, l'utilisation des vocalises et en particulier pour la mauvaise saison, automne-hiver, pourtant si prompte à éveiller la poésie. La chorale, soutenue par les instruments, imite le bruit du vent omniprésent, tour à tour glacial, soufflant et hurlant, si bien qu'on croit que ce dernier avait réellement été enregistré. C'est grandiose, une prouesse. Côté instruments, on note le début après le générique, la mélodie douce qui nous conduit au coeur des bois, à laquelle s'opposent plus tard les cuivres glorieux et royaux du "Gallop of the Stags", le "Galop des Cerfs". Le tout début de l'automne, féérique avec son glockenspiel, fait partie des thèmes brefs qui comptent tout autant, de même lorsque Bambi apprend à marcher.

Dernier phénomène cinématographique et remarquable, bien avant Spielberg pour Jaws/Les Dents de la Mer et tant d'autres, l'idée de signaler le danger, en l'occurence l'Homme, avec des dissonances et des effets de cordes menaçants. Trois notes chromatiques ascendantes (si bémol-si-do), jouées lentement font monter la tension lorsque la maman cerf ou Bambi lui-même sentent l'odeur du trouble et la venue du spectre de la mort. Avec les cris des corbeaux, ces scènes peuvent marquer durablement lorsqu'on est enfant. Le combat des cerfs et l'incendie de la fin sont aussi un prétexte pour une explosion de cordes et de cuivres à la BARTÓK ou à la STRAVINSKY.

Les mots manquent pour décrire le génie de ce score musical, véritable opéra ou ballet que Dame Nature elle-même aurait pu diriger. Notons encore l'emploi du "rubato", jeu sur les accélérations/ralentissements qui fige moins la partition et la rend plus vivante. Le film, parti de l'innocence de Dumbo, a permis à ses animateurs de libérer leur création sans s'éloigner du ton d'origine (même si beaucoup de gens y voient une peinture de la guerre de 39-45), pour le meilleur. Applaudissements.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par MARCO STIVELL :


Wolfgang Amadeus MOZART
Messe En Ut Mineur (herreweghe) (1783)
Incomplète mais sublime, et avec un atout majeur




Richard WAGNER
Tristan Et Isolde (kleiber) (1982)
Un opéra fantastique et révolutionnaire


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Frank Churchill, Edward H. Plumb (compositions)
- Paul J. Smith, Charles Wolcott (orchestrations)
- Alexander Steinert (direction d'orchestre)
- Charles Henderson (direction de la chorale)


1. Main Title-love Is A Song/générique-l'amour Est ét
2. Sleepy Morning In The Woods/doux Réveil Dans La Fo
3. Exploring/découvertes
4. Little April Shower/la Chanson De La Pluie
5. The Meadow/la Prairie
6. Gallop Of The Stags/le Galop Des Cerfs
7. Autumn/automne
8. End Of Winter/la Fin De L'hiver
9. Wintery Winds/vent D'hiver
10. Let's Sing A Gay Little Spring Song/la Chanson Du
11. It Could Even Happen To Flower/même Fleur Est Amou
12. Bambi Gets Twitterpated/bambi A Le Coup De Foudre
13. Looking For Romance/je Chante Pour Toi
14. Man Returns/le Retour De L'homme
15. Fire-reunion-finale/feu-réunion-finale



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod