Recherche avancée       Liste groupes



      
B.O CLASSIQUE-SWING  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Bande Originale De Film

DISNEY - Coquin De Printemps (1947)
Par MARCO STIVELL le 10 Août 2017          Consultée 108 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Fun and Fancy Free, en français Coquin de Printemps, est une nouvelle compilation DISNEY qui cette fois relie deux moyens-métrages d'une demi-heure chacun. Deux ans plus tard, en 1949, Le Crapaud & le Maître d'école reprendra le même schéma. Walt et les studios épongent les dettes, tout en gardant une certaine forme de qualité dans ce qui a vraiment un goût de "petite production".

Fun and Fancy Free/Coquin de Printemps reste ce qu'ils ont fait de mieux depuis 1942 (après Bambi) et avant 1950. À noter que les idées remontent à 1940 et, notamment, sur l'idée de Fantasia et son Apprenti Sorcier, celle de mêler les trois vedettes définitives des séries/courts métrages : Mickey, Dingo et Donald, chose exclusive avant le début des années 90. De même, au début du premier moyen métrage, le poisson Cléo (de Pinocchio) fait une apparition alors que Jiminy Cricket introduit Bongo Roi du Cirque.

Notons le générique "Fun & Fancy Free"/"Farandole et Fantaisie", plein de bonne humeur et de légèreté swing, davantage que les précédents. En anglais comme en français, ça fonctionne, on voit des noms bien connus apparaître, Charles Wolcott, Paul Smith, Oliver Wallace et Eliot Daniel. Puis après Jiminy Cricket, l'histoire de Bongo Roi du Cirque commence, reprenant les idées de Dumbo (Bongo est un petit ours qui a grandi dans un cirque), avant de lorgner vers l'univers Bambi. Il s'échappe dans la nature, rencontre une oursette, un méchant grizzly qui veut la lui ravir.

Malgré des couleurs sombres, cet épisode d'une demi-heure est plutôt réussi, avec de belles peintures des Alpes et des gags bien dosés. Dans un cas comme l'autre, tendresse et drôlerie, la voix de Dinah Shore y est pour beaucoup, cette actrice célèbre qui avait participé à l'écriture d'une chanson de La Boîte à Musique. En France, elle est doublée par Marie Ruggieri, encore plus touchante et sensuelle, alors que le niveau était suffisamment élevé. Cela change des voix masculines (notre cher Roger Carel/Jiminy reprend un bout de "Farandole & Fantaisie"), l'Américaine comme la Française se prêtant au chant d'une fort belle manière.

"My Favorite Dream"/"Un Monde Enchanteur" est une jolie ballade jazzy, tandis que "Say It With a Slap"/"Un Ours Dit Je T'aime Avec une Claque" reprend les influences country/square dance que Wolcott & co développent pas mal à l'époque. Sans oublier la féérie lors de la rencontre amoureuse de Bongo, "Too Good to Be True"/"Ce n'est qu'un Rêve un Peu Fou" avec la reprise de la chorale. Bref, la bande sonore est un régal.

Les compositions de Wallace et Smith, quitte à se calquer eux-mêmes sur Dumbo et Bambi, font honneur au cirque au début, et dans la forêt, ils emploient beaucoup de thèmes courts aux cordes, mais aussi au basson ou à la harpe par exemple. Il y a une grande part de claviers, célesta, orgue Farfisa... Et au milieu de tout cela, une voix féminine gracieuse. Superbe !

Le deuxième moyen-métrage est précédé/entrecoupé/conclu par des séquences en images réelles, d'ailleurs présentées par Luana Patten (jeune actrice fétiche de DISNEY à l'époque, Mélodie du Sud etc) et le ventriloque Edgar Bergen avec ses marionnettes -même pas énervantes au final !-. Un pays enchanté et prospère grâce à une harpe, se la voit un jour dérobée par un géant. La pauvreté s'installe, la faim aussi, et Mickey, Dingo et Donald, paysans, s'en rendent bien compte. Un haricot magique (inspiré du conte de Jack) leur permet d'atteindre accidentellement la maison du géant.

Dans la ferme isolée, l'ambiance orchestrale est très belle, il y a une chanson de Donald et Dingo courte mais marrante. On apprécie également l'influence orientale lorsque le haricot magique pousse, en prenant des formes de serpent. Paul Smith se démarque avec sa touche russe, ses cordes en valse, mais on entend aussi du hautbois, des marimbas... Tout cela vaut le détour. Peu de chansons car plus de dialogues, vu le casting, mais des sympathiques et notamment "Fee Fi Fo Fum", celle du géant avec Billy Gilbert (collaborateur de Laurel & Hardy) et sa voix de barrique à bière -en France, l'excellent Richard Darbois-. Une véritable réussite dans l'ensemble !

A lire aussi en DIVERS par MARCO STIVELL :


Anthony PHILLIPS
Private Parts & Pieces (1979)
Premier volume d'une riche série




GANDALF & GALADRIEL
The Shining (1985)
Un must du magicien... et d'elle aussi


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Charles Wolcott (direction musicale)
- Paul Smith, Eliot Daniel, Oliver Wallace (orchestrations)
- Ray Noble, William Walsh, Buddy Kaye (écriture)
- Bobby Worth, George Weiss (écriture)
- Bennie Benjamin, Arthur Quenzer (écriture)
- Cliff Edwards, Billy Gilbert, Anita Gord (chant)
- Dinah Shore (chant et narration)
- Starlighters, Kings Men, Dinning Sisters (chorale)


1. Fun And Fancy Free/farandole Et Fantaisie
2. I'm A Happy-go-lucky Fellow/farandole Et Fantaisie
3. My Favorite Dream/un Monde Enchanteur
4. Too Good To Be True/ce N'est Qu'un Rêve Un Peu Fou
5. Say It With A Slap/dites Je T'aime Avec Une Claque
6. Farandole Et Fantaisie (reprise)
7. My What A Happy Day/ah! Bonjour Le Printemps
8. Fee Fi Fo Fum
9. In My Favourite Dream/c'est Parfois Vrai Un Rêve
10. Fun And Fancy Free/farandole Et Fantaisie (finale)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod