Recherche avancée       Liste groupes



      
B.O./JAZZ/LATIN  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1938 Blanche-Neige Et Les Sept Nain...
1940 Pinocchio
Fantasia
1941 Dumbo
1942 Bambi
Saludos Amigos
1944 Les Trois Caballeros
1946 La Boîte à Musique
Mélodie Du Sud
1947 Coquin De Printemps
1948 Mélodie Cocktail
Danny, Le Petit Mouton Noir
1949 Le Crapaud Et Le Maître D'écol...
1950 Cendrillon
1951 Alice Au Pays Des Merveilles
1953 Peter Pan
1954 20.000 Lieues Sous Les Mers
1955 La Belle Et Le Clochard
1959 La Belle Au Bois Dormant
1961 Les 101 Dalmatiens
1963 Merlin L'Enchanteur
1964 Mary Poppins
1967 Le Livre De La Jungle
1970 Les Aristochats
1971 L'Apprentie Sorcière
1973 Robin Des Bois
1977 Les Aventures De Winnie L'Ours...
Peter Et Elliott Le Dragon
Les Aventures De Bernard Et Bi...
1981 Rox Et Rouky
1983 Le Noël De Mickey
1985 Taram Et Le Chaudron Magique
1986 Basil, Détective Privé
1988 Oliver Et Compagnie
1989 La Petite Sirène
1990 La Bande à Picsou, Le Film : L...
Bernard Et Bianca Au Pays Des ...
1991 La Belle Et La Bête
1992 Aladdin
1994 Le Roi Lion
Le Retour De Jafar
1995 Dingo Et Max
Pocahontas : Une Légende Indie...
Toy Story
1996 Le Bossu De Notre-Dame
Aladdin Et Le Roi Des Voleurs
1997 Hercule
1998 Mulan
1001 Pattes
1999 Tarzan
Fantasia 2000
2000 Dinosaure
Kuzco, L'Empereur Mégalo
2001 Atlantide, L'Empire Perdu
Monstres Et Cie
2002 Lilo & Stitch
La Planete Au Trésor : Un Nouv...
2003 Frère Des Ours
Le Monde De Nemo
2004 La Ferme Se Rebelle
Les Indestructibles
2005 Chicken Little
2006 The Wild
Cars
2007 Bienvenue Chez Les Robinson
Ratatouille
2008 Wall-E
Volt, Star Malgre Lui
2009 Là-Haut
La Princesse Et La Grenouille
2010 Raiponce
2012 Rebelle
Les Mondes De Ralph
2013 Monstres Academy
Planes
La Reine Des Neiges
2014 Les Nouveaux Héros
2015 Vice-Versa
Le Voyage D'Arlo
2016 Zootopie
Le Monde De Dory
Vaiana, La Legende Du Bout Du ...
2017 Coco
2018 Les Indestructibles 2
2018 Jazz Loves Disney 2 - A Kind O...
 

- Membre : Bande Originale De Film

DISNEY - Là-haut (2009)
Par MARCO STIVELL le 3 Septembre 2018          Consultée 1046 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'avec un film comme Up (Là-Haut, 2009), Pixar et DISNEY fournissent un scénario original et, au moins, plutôt intéressant en tant que tel. Pete Docter (Monstres et Cie) réalise ce qui aurait pu vraiment être un bel effort. Qui aurait pu l'être vraiment ne signifie pas qu'il ne l'est pas. Là-Haut est un cas compliqué... Le fait de mettre en avant des personnages atypiques (vieil homme, enfant scout bien en chair) finit par ne plus être aussi original que ce qu'on pensait, et tout semble un rien bancal au niveau des idées, visuelles comme musicales.

L'histoire est celle de Carl Fredricksen (voix d'Ed Asner, en français Charles AZNAVOUR), un vieux monsieur veuf qui a tout partagé avec sa femme Ellie de son vivant, y compris le goût de l'aventure et le rêve de transporter sa maison depuis une grande ville jusqu'à un endroit paradisiaque au Venezuela. Ayant pourvu sa maison de ballons de baudruche, Carl profite du moment où on veut l'envoyer à l'hospice pour mettre en pratique cette envie folle, sans voir qu'il embarque un garçon nommé Russell, scout qui veut lui rendre service à tout prix... Pour reprendre le fil, la romance de Carl et d'Ellie est magnifique, qu'elle soit directe ou non et donne lieu aux meilleures trames musicales pour Michael Giacchino, son troisième effort pour DISNEY/Pixar.

Oui, mais voilà, dès l'arrivée au Venezuela, la beauté des décors et la poésie de Là-Haut se voit vite troublée par une 3D envahissante, un je-ne-sais-quoi de trop-plein, de remplissage, de répétition lorgnant vers la monotonie, quand ce n'est pas une lassitude au niveau de l'action (le tournant de l'histoire, lorsque l'aviateur rentre en scène, la fin en dirigeable). Et puis bien sûr, après deux apparitions de toilettes dans Volt Star Malgré Lui et allusions à ce qu'on y fait, chose déjà "volontiers" abordées depuis The Wild, il fallait bien en remettre une couche (si l'on peut dire), car il est connu que l'humain des années 2000, adulte comme enfant, si avancé soit-il, reste incapable de rire et garder son attention sur la longueur d'un film en l'absence de telles références. Impossible, vraiment...

Si les meilleurs moments sont placés au début, c'est aussi le cas de la musique, avec un Giacchino, on le ressent, encore imprégné de Ratatouille (2007). Toute la séquence "romance" et ses quelques réminiscences par la suite sentent le jazz fin gourmet qui puise dans la Nouvelle-Orleans, l'entre-deux guerres, avec trompettes bouchées et sonorités rétro. Les thèmes sont jolis, légers, menés sur des rythmes à trois temps, incluent une citation de "L'amour Est un Oiseau Rebelle" (opéra Carmen de Georges BIZET) et une variante swing intelligente de la "Marche Nuptiale" de Felix MENDELSSOHN. Le thème d'Ellie et Carl se voit quant à lui repris très souvent, trop sans doute, arrivé à un certain point, sans compter le générique de fin et son caractère plus folâtre.

Au final, AZNAVOUR ne chante guère (il n'y a aucune chanson originale !), et malgré l'amour que porte Giacchino à la guitare classique, on en entend très peu, lorsque la maison prend son envol, en soutien aux cordes même si elle joue en soliste pour conclure, très bel effet d'ailleurs. De même, et alors qu'une grande partie tient place au Venezuela dans un environnement naturel, une utilisation bizarrement limitée des musiques latino, si chères au compositeur : une rumba légère lorsque l'ara Kevin est apprivoisé par Russell, une samba au générique de fin. Rien de plus sauf si l'on compte les percussions tribales et l'orchestre dépeignant la jungle, quand Carl et Russell sont faits prisonniers par les chiens.

Tout le reste de la bande originale, en dehors de ces notes qui échappent parfois à la passion déjà, apparaît comme bien passe-partout et c'est regrettable. On pourrait mentionner l'ambiance à la Grieg, donc à l'ancienne, des thèmes hollywoodiens, on pourrait s'attarder sur tel ou tel effet, mais rien n'y fait. Alors qu'on veut nous en mettre plein la vue et l'ouïe, difficile de s'y attacher. La sensibilité aux jolies choses trouve encore quelque grâce dans une poignée d'accords de piano posés comme une caresse, avec du souffle et de l'espace, à deux ou trois reprises, mais c'est bien tout. Peut-être Là-Haut, musicalement, se veut-il trop proche de Ratatouille en style et en temps, peut-être que l'inspiration (en incluant l'image cette fois) ne joue pas en sa faveur, tout simplement.

Peut-être enfin que Pixar avait mis la barre trop haut entre 2003 et 2008 pour continuer de la sorte indéfiniment. Il y aura certes de multiples récompenses à la clé, mais en tout cas, la suite de l'histoire appartient d'abord et de nouveau à DISNEY !

A lire aussi en JAZZ par MARCO STIVELL :


Joe JACKSON
Jumpin' Jive (1981)
Bel hommage au swing




Miles DAVIS
Kind Of Blue (1959)
Plus qu'un indispensable, un mythe


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Michael Giacchino (compositions, direction musicale)
- Orchestre Des Studios Disney


Non disponible



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod