Recherche avancée       Liste groupes



      
B.O./VARIéTé AMéRICAINE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1938 Blanche-Neige Et Les Sept Nain...
1940 Pinocchio
Fantasia
1941 Dumbo
1942 Bambi
Saludos Amigos
1944 Les Trois Caballeros
1946 La Boîte à Musique
Mélodie Du Sud
1947 Coquin De Printemps
1948 Mélodie Cocktail
Danny, Le Petit Mouton Noir
1949 Le Crapaud Et Le Maître D'écol...
1950 Cendrillon
1951 Alice Au Pays Des Merveilles
1953 Peter Pan
1954 20.000 Lieues Sous Les Mers
1955 La Belle Et Le Clochard
1959 La Belle Au Bois Dormant
1961 Les 101 Dalmatiens
1963 Merlin L'Enchanteur
1964 Mary Poppins
1967 Le Livre De La Jungle
1970 Les Aristochats
1971 L'Apprentie Sorcière
1973 Robin Des Bois
1977 Les Aventures De Winnie L'Ours...
Peter Et Elliott Le Dragon
Les Aventures De Bernard Et Bi...
1981 Rox Et Rouky
1983 Le Noël De Mickey
1985 Taram Et Le Chaudron Magique
1986 Basil, Détective Privé
1988 Oliver Et Compagnie
1989 La Petite Sirène
1990 La Bande à Picsou, Le Film : L...
Bernard Et Bianca Au Pays Des ...
1991 La Belle Et La Bête
1992 Aladdin
1994 Le Roi Lion
Le Retour De Jafar
1995 Dingo Et Max
Pocahontas : Une Légende Indie...
Toy Story
1996 Le Bossu De Notre-Dame
Aladdin Et Le Roi Des Voleurs
1997 Hercule
1998 Mulan
1001 Pattes
1999 Tarzan
Fantasia 2000
2000 Dinosaure
Kuzco, L'Empereur Mégalo
2001 Atlantide, L'Empire Perdu
Monstres Et Cie
2002 Lilo & Stitch
La Planete Au Trésor : Un Nouv...
2003 Frère Des Ours
Le Monde De Nemo
2004 La Ferme Se Rebelle
Les Indestructibles
2005 Chicken Little
2006 The Wild
Cars
2007 Bienvenue Chez Les Robinson
Ratatouille
2008 Wall-E
Volt, Star Malgre Lui
2009 Là-Haut
La Princesse Et La Grenouille
2010 Raiponce
2012 Rebelle
Les Mondes De Ralph
2018 Coco
2018 Jazz Loves Disney 2 - A Kind O...
 

- Membre : Bande Originale De Film

DISNEY - Pocahontas : Une Légende Indienne (1995)
Par MARCO STIVELL le 4 Avril 2018          Consultée 318 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Le grand film de DISNEY en 1995, c'est Pocahontas, avec un sens plus ou moins traditionnel, partagé entre le dessin et les images de synthèse, contrairement à Toy Story qui n'emploiera que ces dernières. Un mois après Dingo et Max (tout comme Le Roi Lion après Le Retour de Jafar), après des escapades magistrales en Scandinavie, en France, au Moyen-Orient et en Afrique, les célébrissimes studios tiennent bon la barre en rentrant au port, se posent sur la partie est des Etats-Unis, entre le New York d'Oliver et Compagnie et la Louisiane de Bernard et Bianca, dans les forêts sauvages de la Virginie aux XVIIème/XVIIIème siècles.

Pocahontas est relié aux chapitres fondateurs de l'histoire américaine à compter de l'arrivée des Européens. Certes, une fois de plus, c'est un regard DISNEY, qui se veut fidèle aux bases pour ensuite détourner à sa façon, afin de rester fidèle à son esprit et son public, mais par exemple, pour cette jeune Native qui a bien rencontré un John Smith auquel elle s'est liée d'amitié, les faire tomber amoureux l'un de l'autre n'est qu'une position de suiveur par rapport à maintes oeuvres artistiques qui ont déjà abordé le thème auparavant. Et puis la véritable histoire du pays reste ce qu'elle est, mais une vision tumultueuse des rencontres entre Blancs et Natifs qui se conclue de manière cordiale et angélique, même si c'est simplement à travers un film d'animation, cela fait du bien !

Oui, un grand bien, tout comme les images qui nous sont proposées par les réalisateurs Eric Goldberg et surtout Mike Gabriel, animateur pour DISNEY depuis Rox et Rouky (1981) devenu chef pour le deuxième volet de Bernard et Bianca en 1990. Les vertus écologiques, plutôt que par un simple message classique, nous sont vantées à travers les décors (la superbe forêt amérindienne), les animaux, les éléments (le vent qui soulève les feuilles et les fait voler), et de manière globale, une poésie très prenante. Il est logique que la musique s'en trouve affectée, et une nouvelle fois, c'est pour le meilleur.

En même temps, c'est Alan Menken, il n'y a pas de secret ! Depuis six ans que ce bonhomme nous émeut par ses notes, même s'il est totalement absent du Roi Lion, il fallait bien que les choses ne s'arrêtent pas en si bon chemin. La collaboration avec Tim Rice pour Aladdin (1992) n'étant pas reconduite, il est remplacé par Stephen Schwartz, autre compositeur qui a beaucoup oeuvré pour le milieu du théâtre et de la comédie musicale (Godspell et Pippin, au début des années 70), multi-récompensé en outre et qui a aidé Menken et Zimmer pour les compositions de La Petite Sirène. À leurs côtés, Danny Troob, Michael Starobin et David Friedman, moins connus mais présents aux arrangements et orchestrations diverses depuis La Belle et la Bête.

Pocahontas commence directement en musique et en chansons, tout comme ses deux prédécesseurs. Ah mes amis, cette "Virginia Company" sous forme de marche militaire (donc très masculine) reprise avec une couleur plus marine/pirate (donc folk) après la tempête sur le navire, et juste après, ce "Steady as the Beating Drum"/"Au Son Calme des Tam-Tams" qui nous conduit chez les Natifs, le peuple de Pocahontas en remettant les voix féminines en avant ! Belle dualité, tout comme l'est, plus tard dans le film et la partition, "Savages"/"Des Sauvages". Sur une progression vocale très opératique, les voix de Judy Kuhn/Pocahontas et David Ogden Stiers/Ratcliffe se fondent dans le choeur massif des hommes à merveille ! Souvent il y a cet effet duo, comme pour aussi "Mine, Mine, Mine"/"L'or de Virginie", les rimes de Smith et Ratcliffe en "décor" ou "or", à l'envi.

La chanson du méchant, quoique moins brillante que d'autres précédentes, est très bonne avec le soupçon de musique baroque qu'il fallait pour coller à l'époque du récit. Cependant, à travers Pocahontas, là où le talent de Menken s'exprime de manière particulièrement brillante, c'est dans les ballades et ce qui les entoure. Les compositions orchestrales et isolées ne sont pas nombreuses, même s'il y a peu de silences dans le film et toujours fort bien marquées d'ailleurs comme lorsque John Smith et la belle Amérindienne se font face pour la première fois – mis à part le bruit de la cascade -. Et pas-dessus tout, l'impression que la nature chante à la moindre trille de flûte, à la moindre tierce majeure ou mineure (do-mi ou mi bémol-do-mi etc si vous préférez), c'est là toute la beauté qui réside dans Pocahontas.

En bon gourmet, Menken sait donner aux trois mélodies les plus douces de la sélection toute la beauté et la finesse qui s'imposent, et les arrangeurs y contribuent grandement aussi, de même que les acteurs. "Just Around the Riverbend"/"Au Détour de la Rivière", débutée par le père de Pocahontas puis continuée par elle-même, est une brise musicale chaleureuse, mais les frissons montent en même temps que le souffle du vent, à la première apparition de Grandmother Willow/Grand-Mère Feuillage, encore plus de 20 après le premier visionnage... C'est "Listen to Your Heart"/"Ecoute Ton Coeur", exquise et reprise régulièrement de façon brève au cours du film. Reste le tube, "Colors of the Wind", "L'Air du Vent", éclatant et somptueux à sa façon. Larmes et frissons, parce que c'est beau, éternellement beau... Les paroles de Stephen Schwartz sont aussi simples que fascinantes, on peut comprendre que John Smith change d'avis en 3 minutes 15 !

Depuis Ariel, les princesses DISNEY font preuve de sensualité dans leur apparence/attitude et Pocahontas n'est pas une exception. Les personnages sont attachants, y compris des mineurs comme le chaman de la tribu Native (un des rares moments de folklore pur de la partition, pendant les rassemblements) et Thomas, le "gamin" anglais sur qui Ratcliffe exerce sa pression quand il n'est qu'un personnage grotesque ailleurs. Pour tout ce beau monde, les Natifs comme les Européens, quelques acteurs fameux sont présents, y compris de drôles de surprises : Mel Gibson (John Smith VO), David Ogden Stiers qui apporte son accent écossais des Etats-Unis (Ratcliffe VO, il avait fait Big Ben dans La Belle et la Bête), Christian Bale alias futurs Bateman et Batman (Thomas VO), Annie Cordy (Grand-Mère Feuillage VF), Elie Seimoun (Wiggins VF), Mathilda May (Pocahontas VF et pour les chansons, Laura Mayne, la moitié du groupe NATIVE, pour une Native !)... La fin du film, loin d'être drôle, demeure inhabituelle pour DISNEY et pas moins forte, certainement pas. Cela fait donc encore un chef-d'oeuvre à voir et à revoir, mais aussi à réécouter !

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


DISNEY
Basil, Détective Privé (1986)
La classe américaine en Angleterre.




Paula COLE
Harbinger (1994)
Clair-obscur


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Alan Menken (compositions)
- Stephen Schwartz (paroles)
- Danny Troob (orchestrations, direction musicale)
- Martin Erskine (orchestrations)
- Michael Starobin (orchestrations)
- Douglas Besterman (orchestrations)
- David F. Friedman (arrangements vocaux, direction musicale)
- Judy Kuhn, Mel Gibson (chant)
- Linda Hunt, David Ogden Stiers, Jim Cumm (chant)
- Orchestre Des Studios Disney


1. The Virginia Company/virginie Compagnie
2. The Virginia Company (reprise)
3. Steady As The Beating Drum/au Son Calme Des Tam-ta
4. Steady As The Beating Drum (reprise)
5. Just Around The Riverbend/au Détour De La Rivière
6. Listen With Your Heart/ecoute Ton Coeur
7. Mine, Mine, Mine/l'or De Virginie
8. Listen With Your Heart (reprise)
9. Colors Of The Wind/l'air Du Vent
10. Savages/des Sauvages
11. Savages (reprise)
12. If I Never Knew You/si Je Ne T'avais Connu (généri
13. Colors Of The Wind (générique De Fin)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod