Recherche avancée       Liste groupes



      
B.O./VARIéTé-SWING  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1938 Blanche-Neige Et Les Sept Nain...
1940 Pinocchio
Fantasia
1941 Dumbo
1942 Bambi
Saludos Amigos
1944 Les Trois Caballeros
1946 La Boîte à Musique
Mélodie Du Sud
1947 Coquin De Printemps
1948 Mélodie Cocktail
Danny, Le Petit Mouton Noir
1949 Le Crapaud Et Le Maître D'écol...
1950 Cendrillon
1951 Alice Au Pays Des Merveilles
1953 Peter Pan
1954 20.000 Lieues Sous Les Mers
1955 La Belle Et Le Clochard
1959 La Belle Au Bois Dormant
1961 Les 101 Dalmatiens
1963 Merlin L'Enchanteur
1964 Mary Poppins
1967 Le Livre De La Jungle
1970 Les Aristochats
1971 L'Apprentie Sorcière
1973 Robin Des Bois
1977 Les Aventures De Winnie L'Ours...
Peter Et Elliott Le Dragon
Les Aventures De Bernard Et Bi...
1981 Rox Et Rouky
1983 Le Noël De Mickey
1985 Taram Et Le Chaudron Magique
1986 Basil, Détective Privé
1988 Oliver Et Compagnie
1989 La Petite Sirène
1990 La Bande à Picsou, Le Film : L...
Bernard Et Bianca Au Pays Des ...
1991 La Belle Et La Bête
1992 Aladdin
1994 Le Roi Lion
Le Retour De Jafar
1995 Dingo Et Max
Pocahontas : Une Légende Indie...
Toy Story
1996 Le Bossu De Notre-Dame
Aladdin Et Le Roi Des Voleurs
1997 Hercule
1998 Mulan
1001 Pattes
1999 Tarzan
Fantasia 2000
2000 Dinosaure
Kuzco, L'Empereur Mégalo
2001 Atlantide, L'Empire Perdu
Monstres Et Cie
2002 Lilo & Stitch
La Planete Au Trésor : Un Nouv...
2003 Frère Des Ours
Le Monde De Nemo
2004 La Ferme Se Rebelle
Les Indestructibles
2005 Chicken Little
2006 The Wild
Cars
2007 Bienvenue Chez Les Robinson
Ratatouille
2008 Wall-E
Volt, Star Malgre Lui
2009 Là-Haut
La Princesse Et La Grenouille
2010 Raiponce
2012 Rebelle
Les Mondes De Ralph
2013 Monstres Academy
2018 Coco
2018 Jazz Loves Disney 2 - A Kind O...
 

- Membre : Bande Originale De Film

DISNEY - Aladdin Et Le Roi Des Voleurs (1996)
Par MARCO STIVELL le 15 Avril 2018          Consultée 252 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Aladdin et le Roi des Voleurs (Aladdin and the King of Thieves) par Tad Stones, un des réalisateurs du Retour de Jafar (1994), est le troisième et dernier long métrage réservé au gentil malfrat d'Agrabah. Comme le deuxième volet était l'introduction à la série TV, celui-ci la referme, et en vidéo directement lui aussi.

À l'origine du scénario, Jasmine et Aladdin doivent se marier mais ce dernier doute de ses capacités d'être un bon père, n'ayant pas connu le sien et sauf par sa dague, seul héritage qu'il en tient. Le mariage est perturbé par l'apparition de quarante voleurs - on ne se demande pas longtemps de quel conte des Mille et Une Nuits le film s'inspire directement – qui veulent prendre l'un des cadeaux, en fait un élément essentiel pour la découverte d'un fabuleux trésor, la main de Midas qui change tout en or. Aladdin apprend que son père, toujours vivant, est le chef des voleurs, non pas Ali Baba mais Cassim (son frère, dans le conte d'origine). Il était d'abord prévu qu'il retrouve son frère ennemi plutôt, appelé Mozenrath et présent dans la série TV, mais l'acteur n'a pas voulu reprendre son rôle.

C'est le temps des départs et des retours, ceux-ci étant plus marqués, avec pour seule réelle nouveauté marquante la voix de Cassim, à savoir John Rhys-Davies, futur Gimli dans le Seigneur des Anneaux de Peter Jackson. Robin Williams, auparavant fâché avec DISNEY, reprend son rôle de Génie, plus survolté que jamais en matière de parodies parmi lesquelles un savoureux clin d'oeil à Mrs Doubtfire, autre rôle phare de l'acteur, et divers emprunts aux classiques des studios, de Blanche-Neige à Pocahontas en passant par Le Roi Lion, le lapin blanc d'Alice et même le steamboat Willie (1928), la naissance de Mickey Mouse. Des choses plutôt rigolotes et qu'on apprécie, mais, au final, avec un goût de presque trop.

C'est aussi le cas de la BO, qui reprend naturellement les éléments swing rattachés à la saga mieux que toute autre production DISNEY des années 90. Les responsables en sont pourtant Randy Peterson, comme pour le Retour de Jafar, ainsi que David Friedmann, arrangeur habituel des grands films d'animation DISNEY. Et ce n'est pas seulement que tout sonne "déjà entendu" : la qualité des chansons est clairement moins haute.

Les frasques du Génie sur "There's a Party Here in Agrabah"/"C'est la Fantasia à Agrabah" et "Father and Son"/"Un Père et un Fils" sont avant tout l'occasion de bonnes retrouvailles avec les interprétations de Robin Williams en anglais et Richard Darbois en français, pour des mélodies qui font moins mouche qu'auparavant. Et par rapport au Retour de Jafar, cette impression concerne les autres chansons "dynamiques", hélas.

Celles des 40 voleurs, "Welcome to the Forty Thieves"/"Bienvenue aux Quarante Voleurs", lorsque Aladdin les rejoint (reprise pour le générique de fin), et ensuite "Are You in or Out?"/"Dites Oui ou Non" lorsque Sa'luk, rival de Cassim, veut les embobiner, ne sont certes pas mauvaises, au contraire toujours bien menées par les passes vocales/réponses entre les acteurs, en rapport avec l'animation. C'est juste qu'elles sont redondantes et peinent à nous rester en tête.

Seule "Out of the Thin Air"/"Tu N'es Pas Tombé du Ciel", la chanson féérique et douce de Jasmine et d'Aladdin, se démarque avec un peu plus de qualité, même s'il y a déjà eu "Ce Rêve Bleu" qui, on le remarque, n'est même pas citée cette fois-ci. La partition instrumentale offre elle aussi, au cours du film, quelques moments agréables comme celui où Aladdin est seul avant son mariage, ainsi que celui où il va délivrer Cassim avant la fin ; comme par hasard les deux où le hautbois ressort le mieux !

Cependant, il n'y a rien de franchement mémorable, même pas le « rideau » attendu et tout à fait judicieux en soi, à savoir la réapparition du colporteur qu'on avait vu au tout début d'Aladdin en 1992 et une très courte reprise d'"Arabian Nights"/"Nuits d'Arabie". La boucle est bouclée, mais notre merveilleux Bernard Alane est réduit à une prestation très basique (le refrain réduit au minimum syndical), rien à voir avec Clopin quelques semaines plus tôt !

Le film reste agréable en termes d'aventure, à défaut d'être parfaitement convaincant sur le plan animation, il suffit de regarder le visage bien bâclé des gardes au début. Ainsi se terminent les aventures d'Aladdin, Jasmine, le Génie, Abu, Iago et le tapis volant, snif ! Juste un truc : le trésor convoité, la main de Midas, évoque les quelques passages de la série TV où un autre ennemi d'Aladdin s'appelait Mechaniclès, et surtout, nous prouve que DISNEY, pour son prochain grand projet, se dirige vers la Grèce...

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


DISNEY
Blanche-neige Et Les Sept Nains (1938)
Classique, que dire d'autre ?




MISSY HIGGINS
On A Clear Night (2007)
Pop et folk entre amour et évasion


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- David Friedmann, Randy Peterson (compositions, orchestrations)
- Robin Williams (chant)
- Brad Kane, Liz Callaway (chant)
- Merwin Foard, Bruce Adler (chant)
- Alix Korey, Marin Mazzie, Peter Samuel (choeurs)
- Gordon Stanley, Guy Stroman, Molly Wasse (choeurs)
- Paul Kandel, Joan Barber (choeurs)
- Scott Barnes, Don Bradford (choeurs)
- Orchestre Des Studios Disney


1. There's A Party Here In Agrabah/c'est La Fantasia
2. Out Of Thin Air/tu N'es Pas Tombé Du Ciel
3. Welcome To The Forty Thieves/bienvenue Aux Quarant
4. Father And Son/un Père Et Un Fils
5. Are You In Or Out?/dites Oui Ou Non
6. Arabian Nights (finale)/nuits D'arabie



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod