Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1938 Blanche-Neige Et Les Sept Nain...
1940 Pinocchio
Fantasia
1941 Dumbo
1942 Bambi
Saludos Amigos
1944 Les Trois Caballeros
1946 La Boîte à Musique
Mélodie Du Sud
1947 Coquin De Printemps
1948 Mélodie Cocktail
Danny, Le Petit Mouton Noir
1949 Le Crapaud Et Le Maître D'écol...
1950 Cendrillon
1951 Alice Au Pays Des Merveilles
1953 Peter Pan
1954 20.000 Lieues Sous Les Mers
1955 La Belle Et Le Clochard
1959 La Belle Au Bois Dormant
1961 Les 101 Dalmatiens
1963 Merlin L'Enchanteur
1964 Mary Poppins
1967 Le Livre De La Jungle
1970 Les Aristochats
1971 L'Apprentie Sorcière
1973 Robin Des Bois
1977 Les Aventures De Winnie L'Ours...
Peter Et Elliott Le Dragon
Les Aventures De Bernard Et Bi...
1981 Rox Et Rouky
1983 Le Noël De Mickey
1985 Taram Et Le Chaudron Magique
1986 Basil, Détective Privé
1988 Oliver Et Compagnie
1989 La Petite Sirène
1990 La Bande à Picsou, Le Film : L...
Bernard Et Bianca Au Pays Des ...
1991 La Belle Et La Bête
1992 Aladdin
1994 Le Roi Lion
Le Retour De Jafar
1995 Dingo Et Max
Pocahontas : Une Légende Indie...
Toy Story
1996 Le Bossu De Notre-Dame
Aladdin Et Le Roi Des Voleurs
1997 Hercule
1998 Mulan
1001 Pattes
1999 Tarzan
Fantasia 2000
2000 Dinosaure
Kuzco, L'Empereur Mégalo
2001 Atlantide, L'Empire Perdu
Monstres Et Cie
2002 Lilo & Stitch
La Planete Au Trésor : Un Nouv...
2003 Frère Des Ours
Le Monde De Nemo
2004 La Ferme Se Rebelle
Les Indestructibles
2005 Chicken Little
2006 The Wild
Cars
2007 Bienvenue Chez Les Robinson
Ratatouille
2008 Wall-E
Volt, Star Malgre Lui
2009 Là-Haut
La Princesse Et La Grenouille
2010 Raiponce
2018 Coco
2018 Jazz Loves Disney 2 - A Kind O...
 

- Membre : Bande Originale De Film

DISNEY - Le Monde De Nemo (2003)
Par MARCO STIVELL le 8 Juillet 2018          Consultée 97 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

À partir d'un récit marin, on s'était élevés momentanément dans les airs à travers le sous-estimé La Planète au Trésor : Un Nouvel Univers ; voilà que l'année suivante, en 2003, on retombe de plus belle sur les flots, et même au-dessous ! Le cinquième (quatrième original) long-métrage de Pixar nous montre la vie aquatique de plus près, des poissons-clowns (Nemo, son père Marin), des poissons-chirurgiens (Dory), des baleines, des requins, du corail. Un régal pour les yeux, comme les deux films précédents (Lilo & Stitch, La Planète au Trésor) mais à un autre degré encore, celui de la fibre synthétique made in Pixar. Qui, au passage, récolte le deuxième plus gros succès de l'histoire de DISNEY, après Le Roi Lion et en attendant La Reine des Neiges.

Le son est-il à la hauteur de l'image ? Bien évidemment, on ne parle pas de la technologie THX qui offre un mastering (ou niveau d'ensemble) d'une puissance digne de sa réputation ! Pour les voix, les Anglo-Saxons connaissent bien les leurs (Ellen DeGeneres, et dans des rôles mineurs Geoffrey Rush, William Dafoe), mais nous, nous avons les nôtres ! Géniaux Richard Darbois et Dominique Collignon-Maurin comme d'habitude. En revanche, ni Franck Dubosc (Marin) ni Samy Naceri (la tortue de mer) ne font le poids face à Céline Monsarrat. C'est une de nos meilleures doubleuses en France, un petit bout de femme exceptionnelle qui incarne Dory (après Lea Thompson dans Retour Vers le Futur, Julia Roberts, Courtney Cox dans les Scream, Bulma dans la série animée Dragon Ball et tant d'autres), dont le présent film pourrait déjà être le sien, malgré son titre !

Dory/Monsarrat/DeGeneres se réserve une des rares chansons intégrées à l'histoire, et autant loufoque que ce que son personnage peut l'être. "Just Keep Swimming"/"Nage Droit D'vant Toi" est un titre a-cappella qui use de l'esprit DISNEY traditionnel et également celui de Randy NEWMAN désormais totalement absent. Ce n'est pas grand-chose en soi, mais c'est efficace et ça donne le sourire ! On a aussi droit, pour le générique de fin, à Robbie WILLIAMS qui reprend Charles TRENET, "La Mer", pour un "Beyond the Sea" très smooth, extrait de son disque Swing When You're Winning (2001), chroniqué par Erwin en ces pages. Agréable, vraiment !

Thomas NEWMAN - sans relation avec Randy -, cinq ans plus tôt, a cumulé certains projets pour le moins importants du 7ème art, comme L'homme Qui Murmurait à l'Oreille des Chevaux de et avec Robert Redford (1998), American Beauty (1999) et Les Sentiers de la Perdition (2002), tous les deux de Sam Mendes. Le voilà aux manettes de la bande originale de Finding Nemo/Le Monde de Nemo, et pour une musique d'accompagnement, cela vaut le détour, sans être mirobolant ! Comme le film précédent, on peut déplorer un creux durable à l'arrivée de la seconde partie, les méduses, les tortues, le courant est-australien etc.

Toutefois, dès le départ, on est happés par la beauté d'un piano jazz délicat sur fond de cordes très romancées (duo récurrent par la suite). Sons cristallins, magnifiques, au diapason de la vie aquatique selon DISNEY/Pixar ! Le générique du début n'est pas moins splendide, précédé par un piano folk à trois temps pour l'oeuf de Nemo. Ensuite, la harpe s'invite à merveille, on note quelques flûtes et cordes sensibles à l'école des poissons. Même, en sus du prénom Nemo, un joli clin d'oeil à Vingt Mille Lieues Sous les Mers (il y a presque 50 ans plus tôt !) et sa chanson-phare, "A Whale of a Tale"/"Une Histoire de Baleine".

Les cuivres dissonants pour l'homme-plongeur rappellent d'ailleurs la "grande époque", ainsi qu'une seconde utilisation de "Girl From Ipanema" (dans l'aquarium du dentiste) récente après Kuzco. À l'instar de James NEWTON HOWARD et Alan SILVESTRI pour leurs efforts respectifs en 2002, NEWMAN utilise le lydien à foison, ce mode mélodique légèrement dissonant à cause du fa dièse (si la tonalité est bien do), ancienne note dite satanique et qui faisait dresser des bûchers au Moyen-Âge ! On l'entend à la Grande Falaise au début, à l'arrivée de Marin et Dory à Sydney.

NEWMAN s'amuse, propose un rythme heavy-metal à base de triangle et flûtes valsées après l'épisode des tortues, sans oublier un ou deux calypso de rigueur. Et quand même, un brin de hautbois lors du splendide bouquet final, fabuleux moment où les poissons se libèrent de leur filet. Mention spéciale pour le générique de fin, après la chanson de Robbie WILLIAMS, qui dure sans jamais ennuyer – en tant que spectateur qui respecte ce moment jusqu'au bout, cela vaut clairement le détour ! -, alternant phrasés latino aux piano et percussions, clarinette douce et harpe qui s'emballe sur un ton héroïque.

En bref, Le Monde de Nemo, ce n'est pas que des images, loin s'en faut ! La musique est sans doute trop confinée à l'illustration, parfois délaissée au risque d'être passe-partout, et il manque une fois de plus des chansons pour élever le tout à un niveau d'excellence. Un peu comme le film ! Finissons en mentionnant une triplette d'hommages savoureux pour le seul personnage de Bruce le requin. Son nom reprend celui de la maquette utilisée par Spielberg pour l'un de ses films les plus fameux, le thème musical est à base de secondes mineures, genre do-ré bémol, comme John WILLIAMS mais sans que ce soit trop voyant, et puis la scène façon Shining où il défonce la porte du sous-marin !

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


MISSY HIGGINS
On A Clear Night (2007)
Pop et folk entre amour et évasion




DISNEY
Robin Des Bois (1973)
Doublage français et musique sur leur 31


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Thomas Newman (compositions, orchestrations)
- Ellen Degeneres (chant)
- Robbie Williams (chant)
- Orchestre Des Studios Disney


1. Just Keep Swimming
2. Beyond The Sea (générique De Fin)
3. + Musiques Instrumentales Non-créditées



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod