Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Bande Originale De Film

DISNEY - Frère Des Ours (2003)
Par MARCO STIVELL le 21 Mai 2012          Consultée 3471 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Après la mer, la montagne, les chaînes du Grand Nord et les tribus Inuits ! À l'ère post-glaciaire, DISNEY trouve matière à créer un film sympathique, mettant en scène trois frères, deux ours (principaux), une histoire de vengeance et une d'amour-amitié. Sans être un chef-d'oeuvre, Brother Bear/Frère des Ours demeure en bonne place parmi les années 2000 difficiles des studios.

L'animation permet de conserver le versant traditionnel, des décors splendides et quelques jolis éléments comme les aurores boréales. Côté voix, Joaquin Phoenix (empereur Commode dans Gladiator de Ridley Scott en 2000) incarne Kinaï, doublé en français par Bruno Choël (Johnny Depp, Ewan McGregor), reconnaissable entre mille, tout comme d'ailleurs Annie Cordy dont le personnage similaire à celui de Grand-Mère Feuillage (Pocahontas, 1995) change de nom selon les versions anglaise, française ou québecoise. Le seul bémol du film résiderait davantage au sein de deux tandems destinés à faire rire les enfants comme les élans et les mouflons, prétexte à employer Kad & Olivier + Omar & Fred, quand la moitié de chacun n'était pas encore une star...

Heureusement, aucun d'eux ne chante, même pas Kad ! Passons vite sur l'illustration sonore qui serait basique s'il n'y avait la couleur inuite tribale, avec des arrangements de chants et de percussions forts, plus encore que l'Afrique de Tarzan (nous sommes à une époque primitive), signés Mark Mancina, que l'on connait depuis Le Roi Lion. Certes, certes, il y a la flûte basse du tout début et sa petite soeur, elle aussi en bois (ou en étain, si leur origine est irlandaise ?), qui est l'instrument favori pour la plupart des thèmes proposés, chose tout a fait appréciable. Les chants traditionnels, avec le timbre nasal voulu par les coutumes inuites, sont aussi déployés, notamment pendant les scènes de rituel, mais ce sont en fait des voix bulgares ! Chic idée de Mancina.

Hollywood en musique garde la main mise sur les scènes d'action, mais l'orchestre ne prend pas franchement le pas sur les percussions, tant mieux. Quelques cordes atonales et dissonantes sont placées sur les moments de chasse, à bon escient. Puis, comme souvent, la clarinette et le hautbois se partagent le travail, chose que l'on peut juger avec bienveillance, et contrairement aux films précédents, il n'y a pas de creux, tout juste quelques silences et accompagnements parfois très légers. S'inspirant d'Atlantide et Le Monde de Nemo, le film d'Aaron Blaise et Robert Walker (ce dernier ayant collaboré avec DISNEY depuis 1990) propose également un peu de musique calypso des îles du Pacifique. On comprend difficilement le pourquoi, mais qui va s'en plaindre ?

Cependant, le véritable intérêt de la bande sonore ici, ce sont les chansons, devenues rares depuis 1999, sauf un peu pour Lilo & Stitch. "Great Spirits", elle seule, a de quoi nous faire fondre, avec son rythme délicieusement chaloupé et porté par la voix de la grande Tina Turner, qui ne fait jamais dans l'emphase pour le coup : elle est juste parfaite. Un peu moins fan des voix masculines en choeur sur "Welcome", chanson pourtant entraînante et bien faite. Le lien premier entre elles, ce n'est pas la voix ni la mélodie mais la batterie, elle aussi, aisément identifiable. Pour "Great Spirits", penser que 25 ans plus tôt, elle jouait une chanson appelée "Follow You Follow Me"...

Phil Collins est de retour, pour le meilleur mais pas toujours. Si la majorité des chansons peuvent se targuer d'être meilleures que la plus grande partie de son dernier album Testify (2002) – et au passage, son accent français plus précis -, "Look Through My Eyes"/"Regarde Dans Mes Yeux", ballade du générique de fin, est bien moins intéressante que les autres. Néanmoins, Collins et Mancina, reprenant les recettes de Tarzan, écrivent "Welcome" - Phil participant pour le chant de la section du pont - et surtout "Great Spirits", et le reste... Si les chansons n'ont pas la dynamique de "Son of Man" et "Strangers Like Me", la ballade "No Way Out", en version intimiste bien placée dans l'histoire ou en "format radio" avec ses choeurs gospel pour le générique de fin, reste magique et vaut bien un "You'll Be in My Heart". Et cette voix !

Si on a pu retenir les intonations folk/mandoline de "Great Spirits", elles nous prennent aux tripes de plus belle avec "On My Way"/"En Chemin", petit bijou de titre pop-country chanté par Collins, avec du banjo, de l'harmonica basse... Assez inattendu, et cela lui permet de flirter avec la nostalgie des premières influences bucoliques de Genesis, d'une autre manière ! "On My Way", on la siffle comme lui le fait, on la chante en choeur avec lui, il est là, le tube ! Quelle fraîcheur, quelle splendeur et quelle surprise, car après le premier couplet chanté par l'ourson Koda, c'est la première intervention de Phil Collins vocalement parlant dans le film, là où on ne l'y attendait pas du tout.

Il reste un chef-d'oeuvre, pour les moments les plus émouvants où Kinaï, le héros, se voit changé en ours et inversement. "Transformation" possède une mélodie lente en crescendo comme l'auteur de "I Wish It Would Rain Down" et "We Fly So Close" sait nous en sortir. L'explosion du refrain, avec les choeurs bulgares, est magistrale, elle appelle son paquet de mouchoirs lors du dénouement... Ce n'est pas la bande originale du siècle et quoique souffrant d'un léger essoufflement, elle représente, de même que le film, un bon moment.

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


Peter GABRIEL
Ovo (2000)
La manière de peter de fêter l'an 2000




Kt TUNSTALL
Tiger Suit (2010)
Un monstre de beauté

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Phil Collins (chant, batterie)
- Tim Pierce (guitares)
- Paul Bushnell (basse)
- Jamie Muhoberac (claviers)
- Carmen Rizzo (programmations)
- Dan Chase (programmations)
- Frank Marocco (accordéon)
- Tommy Morgan (harmonica basse)
- Nathan East (basse)
- Trey Henry (basse)
- Jimmy Johnson (basse)
- Kenny Wild (basse)
- George Doering (guitares)
- Tim May (guitares)
- Dean Parks (guitares)
- Luis Conte (percussions)
- Michael Fisher (percussions)
- Louis Molino Iii (percussions)
- Tim Heintz (piano, orgue hammond b3)
- Pedro Eustache (instruments bois)
- Jean-marie Marrier (chant)
- François M’pondo (chant)
- David Campbell (arrangement et direction de cordes)


1. Great Spirits
2. Transformation
3. On My Way
4. Welcome
5. No Way Out
6. Transformation (reprise)
7. Look Through My Eyes (générique De Fin)
8. No Way Out (reprise) (générique De Fin)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod